[WORKBOOK ] 6 étapes pour trouver une idée de business quand on manque de confiance en soi

Mar 26, 2019 | Exercices | 0 commentaires

Pas facile de se lancer dans l’entrepreneuriat lorsqu’on manque de confiance en soi ! Car au-delà du fait que cela rend généralement difficile d’agir et de lancer, ne pas avoir confiance en soi peut également complètement bloquer la phase de réflexion… Et quand c’est le cas, il s’avère très difficile de trouver une idée de business. Ce qui peut être frustrant quand on meurt d’envie de monter sa boite ou de devenir indépendant ! Voici donc comment trouver une bonne idée de création d’entreprise, et ce même si vous manquez de confiance en vous.

1. Casser le mythe de “l’idée de génie”

Bien souvent, on a l’impression qu’avant de pouvoir se lancer dans l’entrepreneuriat, il faut d’abord avoir une “idée de génie”. Et quand on manque de confiance en soi, ce sentiment est généralement exacerbé. Pourquoi ? Tout simplement parce que notre inconscient est tellement convaincu qu’on ne fait pas le poids, qu’il s’imagine que seule une idée de génie peut nous permettre de réussir. Le problème est qu’avoir une idée de génie n’est pas la garantie du succès. Car finalement, l’idée n’est que la partie émergée de l’iceberg. Une fois trouvée, encore faut-il parvenir à lui donner vie. Et cela n’est pas plus aisé avec une idée de génie qu’avec une idée tout court. Parce que les challenges que cela entraîne sont exactement les mêmes.

Comment procéder ?

Arrêter d’attendre indéfiniment l’idée de génie et choisir une idée “tout court” qui vous motive et vous appelle. Elle est déjà prise par un ou plusieurs concurrents ? Pas de problème. Pour que votre business fonctionne, vous n’avez pas besoin de faire “mieux” qu’eux. Vous avez simplement à le faire à votre manière, avec votre personnalité, vos tripes et votre passion.

Comment ? En identifiant votre “patte”. C’est-à-dire ce qui vous caractérise, ce qui vous anime et ce qui vous différencie de la concurrence. Car c’est en misant sur tout cela, que vous parviendrez à créer une marque, un concept ou un produit qui vous ressemble vraiment. Il deviendra alors facile et naturel de développer votre business, puisqu’il sera en quelque sorte une extension de vous-même. Mais en plus, vous réussirez à en faire un projet unique et singulier qui se démarquera spontanément de la concurrence.

2. Reconnaître la valeur de ses idées

Une fois le mythe de l’idée de génie dépassé, le manque de confiance en soi peut engendrer un autre blocage. Celui d’avoir le sentiment de ne pas avoir d’idée de business du tout. Autrement dit, l’impression de ne pas savoir quoi créer ou de ne pas savoir dans quoi se lancer. Breaking news : c’est un faux problème ! Car la plupart du temps, nous avons en réalité beaucoup d’idées. Simplement, on les relègue souvent trop vite au rang de mauvaises idées. Pourquoi ? Parce que, lorsqu’on manque de confiance en soi, on a souvent du mal à accepter qu’on possède des qualités et des compétences. Et par extension, on a également souvent du mal à accepter que nos idées aient de la valeur.

Résultat, à peine l’une d’elles survient elle, à peine la relègue-t-on au rang des mauvaises idées sans même y réfléchir. Or, une idée brute est rarement directement une idée exploitable. Car toute idée nécessite d’être affinée avant de pouvoir devenir une “bonne idée”. En rejetant directement nos idées brutes, on se prive donc de les affiner pour en faire des bonnes idées. Et elles restent finalement injustement cantonnées au rang des idées sans intérêt. Le problème est qu’à force de rejeter systématiquement nos idées, notre cerveau finit par croire qu’elles sont toutes sans valeur… Voire même par ne plus y prêter attention du tout. Conclusion, on a en permanence le sentiment de cogiter sans avoir d’idées, alors qu’en réalité, on en a eu mille que l’on a simplement bien pris soin d’ignorer !

Comment procéder ?

Accueillir comme il se doit toutes les idées qui surviennent, même les plus folles, en vous interdisant de les juger. Pour cela, lorsque vous réfléchissez ou lorsqu’une idée vous vient spontanément, prenez soin de la noter immédiatement dans un carnet. Et surtout, empêchez-vous de la rayer ou de l’effacer.

Au fil des jours, notez toutes les idées qui vous viennent, et surtout, n’allez pas plus loin dans la réflexion. D’une part, cette liste vous aidera à trouver, par la suite, LA bonne idée. Mais en plus, elle vous aidera à prendre conscience que vous êtes finalement plein de ressources et d’imagination !

3. Savoir générer de nouvelles idées

Nous avons donc souvent de multiples idées et il suffit généralement de les accueillir dignement pour trouver la bonne. Cependant, manquer de confiance en soi est parfois tellement paralysant qu’il est possible qu’aucune idée ne parvienne réellement à émerger. Dans ce cas, utiliser des techniques de créativité peut aider à libérer son imagination. Je vous en présente quelques-unes ci-dessous.

Comment procéder ?

 

Mind mapping

Le mind mapping est une technique d’association d’idées qui permet de mettre au jour de nouvelles idées. Pour réaliser une mind map, commencez par écrire un mot en lien avec un domaine que vous aimez au centre d’une feuille, par exemple “cuisine”. Puis, écrivez autour de ce mot, tous les autres mots auxquels il vous fait penser. Reliez ces mots secondaires au mot principal par des traits. Ensuite, écrivez autour de chacun de ces mots secondaires tous les autres mots auxquels ils vous font penser. Continuez en essayant de remplir votre feuille et en allant le plus loin possible dans les niveaux de mots.
Lorsque vous n’avez plus de place, arrêtez-vous et observez attentivement vos notes. Essayez de regrouper certains mots par thématique en les entourant avec des feutres de couleurs différentes. Enfin, essayer de créer des passerelles entre chacune de ces thématiques, en imaginant comment elles pourraient interagir entre elles au sein d’un business.

 

Idées croisées

Sur une feuille, écrivez dans une première colonne tous les domaines que vous aimez ou qui vous intéressent. Essayez de les découper au maximum en sous-domaines (par exemple : “bien-être” peut se découper en “nutrition saine” “relaxation”…), pour en lister le plus possible. Puis recopiez cette liste dans une deuxième colonne face à la première. Ensuite, prenez chaque item de la première colonne et associez-les successivement à chaque item de la deuxième colonne. Puis, pour chaque duo, soyez créatif et essayez d’élaborer une ou plusieurs idées de business les mêlant l’un à l’autre.

 

SCAMMPERR

Cette méthode doit être utilisée après les deux précédentes, car elle nécessite que vous ayez déjà plusieurs idées basiques à explorer. Le mot SCAMMPERR est un acronyme dont voici la signification :

S : Substituer
C : Combiner
A : Adapter
M : Magnifier
M : Modifier
P : Permuter
E : Épurer
R : Réorganiser
R : Renverser

Pour chacune des idées listées précédemment, posez-vous les questions réunies dans l’acronyme SCAMMPERR :

  • Substituer : Dans cette idée, qu’est-ce qui peut être remplacé et par qui ou quoi d’autre ?

 

  • Combiner : Comment puis-je fusionner ou combiner deux éléments de cette idée pour la rendre plus originale, plus intéressante, plus pratique, plus attractive… ?

 

  • Adapter : Qu’est ce qui existe déjà et qui pourrait être adapté, transformé, copié ou décliné pour décupler la puissance de mon idée ?

 

  • Magnifier : Que puis-je ajouter à mon idée pour la rendre plus originale, plus intéressante, plus pratique, plus attractive… ? Du temps, de l’énergie, de la hauteur, de la force, de l’argent… ?

 

  • Modifier : Quel élément perceptible par les sens (forme, couleur, odeur, goût, mouvement, sens, texture…) puis-je modifier dans cette idée, légèrement ou radicalement, pour la rendre plus originale, plus intéressante, plus pratique, plus attractive… ?

 

  • Permuter : Quelles autres utilisations ou usages puis-je donner à mon idée si je la modifie un peu ?

 

  • Épurer : Que puis-je enlever, soustraire ou supprimer dans mon idée pour la rendre plus originale, plus intéressante, plus pratique, plus attractive… ?

 

  • Réorganiser : Comment puis-je repenser l’organisation de mon idée, son sens, ses étapes, ses priorités, pour la rendre plus originale, plus intéressante, plus pratique, plus attractive… ?

 

  • Renverser : Comment puis-je inverser des éléments de mon idée, retourner les attentes, la mettre de haut en bas, pour la rendre plus originale, plus intéressante, plus pratique, plus attractive… ?

4. Développer ses idées

La phase du développement des idées peut aussi être un challenge pour les personnes qui manquent de confiance en elles. Car souvent, c’est à ce moment-là qu’interviennent les peurs et les croyances limitantes. Et ces petites malignes essayent régulièrement de nous convaincre que toutes nos idées sont finalement bonnes à jeter à la poubelle. À ce stade, la difficulté est donc de réussir à dissocier ses émotions de sa raison. Et ce pour pouvoir réfléchir posément et développer chacune de ses idées, sans en éliminer aucune et sans se décourager.

Comment procéder ?

Lorsque vous aurez tiré au moins 7 idées des étapes précédentes, utilisez, pour chacune d’entre elles, la célèbre formule QQCOQPC. Pour cela, répondez successivement aux questions :

  • Qui (pour qui)
  • Quoi
  • Comment
  • Quand
  • Pourquoi (dans quel but)
  • Combien

Cette formule vous aidera à dessiner un périmètre clair pour chacune de vos idées de business. Si vous avez des difficultés à vous empêcher de les juger, dites-vous que vous rendez service à un ami qui cherche une idée de création d’entreprise. Et que vous l’aidez à trouver plusieurs bonnes idées sans que cela vous engage à les mettre en place personnellement. Si des pensées comme « c’est nul » ou « ça ne marchera jamais » vous viennent encore, alors procédez comme suit. Levez votre stylo, fermez les yeux, et prenez une grande inspiration. À l’expiration, repoussez les jugements pour continuer à détailler vos idées.

5. Valider ses idées

Lorsque vous aurez réussi à générer et à développer plusieurs idées, vous pourrez passer à l’étape de la validation. C’est-à-dire, vérifier qu’elles vous conviennent, à vous, mais aussi à vos futurs clients. Cependant, ne vous précipitez pas ! Il ne s’agit pas de tout raturer en vous disant que ce ne sera pas rentable, ou que c’est trop compliqué. Cette étape doit, elle aussi, être au maximum dénuée de jugement personnel, et vous devez rester le plus factuel possible.

Comment procéder ?

Par ordre, toujours en vous interdisant tout jugement. 

  • Premièrement, vous devez vous assurer que votre idée correspond à vos valeurs morales. C’est-à-dire, qu’elle est alignée avec votre vision de la vie (cf. fiche d’exercice).
  • Ensuite, vous devez vérifier que votre idée répond à un réel besoin sur le marché. Autrement dit, que de futurs clients pourraient potentiellement acheter votre produit ou recourir à vos services. Et si ce n’est pas vraiment le cas, l’idée n’est pas à éliminer pour autant ! Car elle contient forcément des éléments intéressants qu’il vous suffit de retravailler ou de réutiliser pour les rendre viables. Comment ? Tout simplement en repassant par l’étape de développement. 
  • Puis, vous devez être certain que cette idée vous permettra de satisfaire vos besoins personnels. Par exemple, si vous êtes casanier et que votre idée implique de fréquents déplacements, peut-être n’est-elle pas la plus indiquée. 
  • Enfin, vous devez vous assurer que votre idée sera rentable. Pour commencer, quelques calculs peuvent vous éclairer. Mais par la suite, réaliser une étude de marché sera indispensable pour affiner votre projet et fixer vos tarifs.

6. Choisir THE idée

Vient enfin l’étape ultime : le choix de l’idée que vous retiendrez pour vous lancer. Et c’est enfin ici que vous pouvez laisser votre jugement et votre intuition faire tout le boulot. Parce qu’une fois les idées développées et les peurs et les croyances limitantes mises de côté, ils savent très bien ce qui est bon pour vous. Alors maintenant, écoutez votre coeur et laissez-le vous guider vers l’idée parfaite.

• Comment procéder ?

Relisez toutes les idées que vous avez validées lors de l’étape précédente. Pour chacune d’entre elles, pratiquez un exercice de visualisation. Pour cela, placez-vous dans un endroit calme, relaxez-vous et fermez les yeux. Pensez à votre première idée de business et projetez-vous de manière positive. Un peu comme si vous aviez une baguette magique et que tout était possible. Imaginez votre quotidien, votre bureau, votre environnement, vos clients, vos tâches… Et essayez de prendre conscience au maximum de toutes les sensations qui se présentent.
Au bout de 3 minutes, rouvrez les yeux et notez exhaustivement dans votre carnet tout ce que vous avez ressenti. Puis passez à l’idée suivante. Vous pouvez bien sûr pratiquer cela sur plusieurs jours si vous avez peu de temps ou beaucoup d’idées à visualiser. Quand vous aurez fait cet exercice pour toutes vos idées, relisez vos notes et replongez-vous brièvement dans vos sensations. Quelle idée vous appelle le plus ? Quelle idée fait le plus écho en vous ? Et la réponse devrait vite s’imposer à vous ! Si ce n’est pas le cas, vous pouvez aussi comparer deux à deux toutes vos idées. Vous éliminerez ainsi progressivement celles qui vous parlent le moins, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une. Et si c’est encore trop difficile de choisir, pourquoi ne pas mener de front 2 ou 3 projets différents ?

Vous l’avez compris, trouver une idée de business lorsqu’on manque de confiance en soi n’est pas donc pas impossible ! En respectant les 6 étapes listées dans cet article, vous devriez pouvoir générer, développer et valider de nombreuses idées de création d’entreprise. Et si vous n’y parvenez toujours pas, n’hésitez pas à me contacter, car certains blocages nécessitent parfois l’aide d’un coach.
Le micro-coaching ? Je vous explique !

Le micro-coaching ? Je vous explique !

Le micro-coaching, c’est une idée qui me trottait dans la tête depuis un bon moment. Quand elle a germé, il y a de cela 2 ans, j’y ai immédiatement cru à fond. Et pourtant, j’ai mis plusieurs années avant de proposer officiellement ce service de coaching un peu...

lire plus
Je surmonte mes points faibles

Je surmonte mes points faibles

Et si vous surmontiez vos points faibles en capitalisant sur les points forts que vous possédez déjà ? Si ça vous tente, cet exercice vous y aidera !

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + dix =

Téléchargez le WORKBOOK

"Trouver une idée de business quand on manque de confiance en soi"!

Pour cela, inscrivez vous à ma newsletter et vous recevrez le lien de téléchargement dans votre boite mail

Je ne cèderai ou ne revendrai JAMAIS votre adresse à d'autres personnes ou sociétés.

Merci ! Rendez-vous dans ta boite mail pour télécharger ce contenu.